top of page
Rechercher

Romain & Thibaut - Comment partir sans une préparation physique optimale et réussir malgré tout

Dernière mise à jour : 12 oct. 2023

Préparer un trail de 70km avec 5600m de dénivelé positif (D+) avec pour objectif de le terminer ENSEMBLE !


NB. : Dans l'interview, Thibaut est le binôme de Romain et non moi le préparateur mental.


Bonne lecture

 

Romain et Thibaut, pouvez-vous vous présenter ? Quel métier et quel sport faites-vous ?


Romain

Je m’appelle Romain, je vis à Paris en couple, sans enfant. Mon sport principal est la course à pied que je pratique de manière assez irrégulière en fonction de mes contraintes professionnelles et de ma vie personnelle. La pratique sportive n’est pas ma priorité n°1 mais elle me permet d’évacuer les tensions et le stress liés à mon métier et de me sentir en bonne forme. Je cours en moyenne entre 30 et 40 km par semaine.


Thibaut

Bonjour, je m’appelle Thibaut. Je pratique des sports d’endurance depuis une quinzaine d’année. Ayant commencé par le running, puis après avoir fait du triathlon quelques années, je pratique désormais le trail depuis 8 ans.



Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ce sport ?

Quels ont été vos objectifs ? Et ce qu'ils représentent pour vous ?


Romain

La course à pied ? Parce que c’est pour moi le sport le plus naturel et surtout le plus simple à pratiquer, puisqu’une paire de baskets suffit !

Ensuite, je trouve que ce sport procure un sentiment de liberté et d’évasion important, surtout en pleine nature (ce qui est difficile voire impossible à trouver à Paris, je le concède).


La course à pied permet d’explorer son environnement, de découvrir de nouveaux endroits. Enfin, c’est bon pour le cardio et pour les jambes et ca permet d’évacuer efficacement les excès !

Ce qui est sympa avec ce sport c’est que presque tout le monde autour de toi pratique court plus ou moins. C’est donc assez simple de partager sa pratique ses expériences autour de la course à pied ou partager un run voire plus comme avec Thibaut lors de la Montagn’Hard 2023.

Je n’ai pas vraiment d’attentes liées à ce sport si ce n’est prendre l’air, et garder une bonne forme physique (important surtout quand on prend de l’âge !).


Mes seuls objectifs ça va être par exemple de faire le marathon en moins de 3h ou de courir tel ou tel trail parce que je trouve le parcours magnifique et que j’ai envie de prendre un bon bol d’air frais.

Un objectif important aussi, c’est de ne pas trop souffrir lors de ces courses !!!


2023 a été une année où je me suis remis un peu plus sérieusement à courir (marathon de Paris, Montagn’hard 70km) après quelques années en dilettante.

Mon objectif en 2024 serait de continuer sur cette lancée et faire quelques trails de plus dont la Montagn’hard 110km avec Thibaut, pour profiter plus de la montagne.


Thibaut

Comme tout sport d’endurance, la pratique du trail nécessite un dépassement de soi.

Il permet également de découvrir de merveilleux paysages. Se retrouver seul au sommet d’une montagne après une grimpette de plusieurs heures est un plaisir extraordinaire.


Je définirai mes objectifs de la manière suivante : continuer à m’aligner sur des courses longues distances sans me blesser et prendre du plaisir tout au long de l’épreuve.



Quelles problématiques rencontriez-vous avant l’accompagnement en préparationmentale ? Quelles conséquences pouvaient-elles avoir ?


Romain

La préparation physique !

Ma principale difficulté pour préparer une course comme la Montagn’hard ca a été de trouver du temps pour m’entraîner suffisamment ou du moins un minimum.

Ensuite, la prépa mentale m’a permis de verbaliser pourquoi je me lançais dans cette course et ce que j’en attendais et ainsi relativiser et mettre à distance les pensées négatives avant et pendant la course.


Thibaut

La chose à laquelle on pense naturellement pour la préparation d’une course, c’est son entraînement physique. Puis on découvre le trail et l’ultra-long. Technicité du terrain, gestion de l’alimentation, adaptation à la météo… aucune course n’est pareil dans ce sport aux nombreux paramètres.

Ces paramètres, on essaye de les préparer aux mieux. Il ne s’agit pas uniquement d’avaler des bornes et du dénivelé. Il faut aussi avoir une stratégie alimentaire, tester son matériel, se renforcer musculairement (cuisses, gainage…), mais aussi se préparer à souffrir.


- Comment réagir quand rien ne va plus ?

- Quand on n’a plus d’énergie ?

- Quand les descentes sont un enfer ?

- Quand les frottements du sac à dos ou short commencent à brûler la peau ?

- Quand on a la nausée ?

- Quand on a glissé ?

- Quand on est cuit et qu’il reste encore 15 km ?

- Quand les pieds commencent à macérer dans les chaussettes trempées par la pluie ou la boue ?

- Quand la gêne des ampoules devient une obsession ?

- Quand la chaleur déshydrate ?

- Quand le froid pénètre jusque dans tes os ?

- Quand ton ancienne blessure au genou se réveille ?

- Quand les piles de ta frontale faiblissent… ?


On peut anticiper beaucoup de ces problèmes, mais les séances d’entraînement ne seront jamais aussi longues que les grandes courses et comment se préparer à l’imprévu ?

Sur l’ultra, le passage dans la « paincave », est, à mon sens, inéluctable.



Pourquoi avoir fait appel à la préparation mentale ? Quelles attentes en aviez-vous ?


Romain

C’est Thibaut qui en a eu l’idée.

Comme je n’ai pas d’objectif de performance, j’avoue que ce ne m’a pas traversé l’esprit initialement car pour moi, la prépa mentale est destinée aux athlètes. Mais grâce à Thibaut (le prépa. mental), je me suis rendu compte que c’est utile quelque soit le niveau, car ca permet de se questionner sur ce que l’on fait, pourquoi on le fait, et comment on le fait et donc d’atteindre au mieux ses objectifs, quels qu’ils soient.


Thibaut

Pour toutes les raisons indiquées ci-dessus, la préparation mentale m’est apparue comme un levier essentiel.

En juin, nous préparions la Montagn’Hard (70 km, 5600mètres D+ / 5600mètres D-) avec Romain. Thibaut est un ami commun et nous nous sommes dit qu’il pourrait nous aider !



Pouvez-vous nous décrire comment s'est organisée et déroulée toute la préparation de la course (physique, tactique, mental, ...) ?


Romain

L’objectif était 3 à 4 sorties de course à pied dans Paris avec la recherche d’un maximum de dénivelé donc plutôt aux Buttes Chaumont (à côté de chez moi) où j’ai fait de nombreuses montées/descentes du parc (plaisir très limité).

Pour l’alimentation : aucune préparation par manque de temps. J’aurais dû davantage préparer cet aspect indispensable.

Ensuite, quelques sessions de préparation mentale en visio avec Thibaut Nilles et Thibaut R.


Thibaut

Thibaut nous a accompagné et nous a aidé à réfléchir à nos motivations, nos craintes, nos forces et nos faiblesses.

J’ai perçu la préparation mentale comme une réponse à apporter dans les moments de doute.

Dans mon cas, j’essaie pour chaque sortie longue de trouver des parades aux pensées négatives qui peuvent arriver. Le but n’est pas de les chasser ou de les enfouir sous le tapis mais de les intégrer et d’y répondre par du positif.



Qu'avez-vous appris sur vous même durant la préparation et également durant la compétition ? Avec quoi souhaitez-vous repartir de cet accompagnement ?


Romain

17h dans la montagne, ca permet de goûter à une diversité de paysages et d’émotions !

Ce qui m’a permis d’aller de l’avant c’est bien sûr d’avoir à mes côtés Thibaut, et ce que j’ai vraiment apprécié c’est de pouvoir faire toute la course ensemble. Je pense qu’on était sur la même longueur d’ondes et dans le même état de forme donc c’est un point super positif.


Ensuite, les paysages vraiment magnifiques et la découverte de cette partie de la Haute-Savoie que ne connaissait pas.

J’ai appris que j’étais capable de faire un trail de 76km sans préparation physique en montagne au préalable et de ne pas trop souffrir lors de la course.

Ca ma rassuré sur mes capacités physiques et ça me donne envie de recommencer !


Thibaut

Comme prévu, lors de la compétition, je suis passé dans la « paincave ».

Je pense que d’avoir réfléchi en amont aux différentes difficultés qui allaient se présenter, mais surtout à la motivation profonde de la pratique du trail, m’a aidé à dépasser les moments de doutes (et de souffrance !) traversés.


Être resté ensemble toute la course et avoir fini à deux a démultiplié le plaisir.


Merci Romain !



Qu’est ce que l’accompagnement en préparation mentale vous a-t-elle apporté ?


Romain

A me poser la question : qu’est-ce que tu cherches vraiment dans cette course en particulier ?

Au-delà de l’aspect sportif, aujourd’hui je vais plus chercher à participer à des courses plutôt confidentielles, avec une approche respectueuse de l’environnement et de la nature et très conviviale.


Thibaut

Se préparer, c’est anticiper.

Comme tout ne peut pas être anticipé, Thibaut nous a aidé à réfléchir à nos motivations profondes et à nos craintes.


Le fait de devoir verbaliser nos motivations ou nos craintes permet également de mieux les intégrer. L’idée ce n’est pas juste d’avoir envie de finir cette course. C’est pourquoi tu as envie de finir cette course.

C’est finalement, une réponse que nous avons en nous, mais à laquelle nous n’avons peut-être jamais vraiment réfléchi.


L’idée ce n’est pas de se dire que tout va bien se passer, mais d’être conscient de ses faiblesses pour les anticiper.



Sur qui avez-vous pu vous appuyer tout au long de votre aventure et de quelle manière ?


Romain

Sur Thibaut évidemment, avant et pendant la course !

Je pense qu’il a plus l’âme d’un compétiteur que moi donc ca a été un bon exemple à suivre. Il y a forcément quelques moments où je me suis dit « Wah, il a fait tant de km ou de D+ cette semaine, et moi, je suis à la ramasse ! » et donc ca m’a motivé à m’entrainer, ca vous tire vers le haut en quelque sorte.

On a échangé sur l’alimentation, la préparation, l’équipement ; même si on a un peu d’expérience, c’est toujours sympa de partager ses trucs et astuces.


Pendant, la course on a eu chacun des moments difficiles mais pas en même temps. Avoir ton pote à côté (on a fait toute la course ensemble), ca permet de mieux faire passer la pilule et de se calmer en se disant « Je vais arrêter de râler là, car ça va finir par le rendre dingue ! ».

Et puis on s’est encouragé mutuellement quand l’un était plus dans le dur que l’autre.


Par contre, Thibaut, il chante pas très bien quand il court !


Thibaut

Tout au long de la course, j’ai pu m’appuyer sur Romain, sur mon expérience, sur les encouragements des amis et de la famille et sur quelques parades intellectuelles quand les pensées négatives arrivent.



Si vous pouviez envoyer une lettre ou donner des conseils à vous-même, enfant, que souhaiteriez-vous vous dire ?


Romain

« Bouge-toi plus ! » (je n’étais pas trop sportif étant enfant…)


Thibaut

Tu as tout le reste de ta vie pour être raisonnable !


Pour plus d'infos sur la course en question : https://www.montagnhard.com/projecto-2


38 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page